Les Icebreakers sont des exercices de courte durée permettant d’entrer rapidement en relation avec ses collègues de travail.

  • Les Icebreakers s’intègrent parfaitement lors d’une réunion de quelques heures ou d’un séminaire sur plusieurs jours.
  • Elles ont pour objectif de détendre l’atmosphère et de faciliter l’interaction entre les participants.
  • Les Icebreakers se font de préférence en début de réunion et peuvent être réalisés à plusieurs reprises durant la journée.
  • Les exercices judicieusement choisis et animés avec professionnalisme intègrent tous les participants. C’est une méthode pédagogique originale qui sollicite une attitude bienveillante dans une ambiance détendue.
  • Un Icebreaker n’est pas un Team Building, la durée et les objectifs sont différents. Cependant ils s’avèrent parfaitement complémentaires. Il est toutefois préférable d’effectuer une activité Icebreaker avant de réaliser le Team Building.
  • Ces interventions s’adressent principalement à des personnes qui ne se connaissent pas ou peu, à une équipe ou un département qui intègre de nouveaux collaborateurs.
  • Les Icebreakers sont aussi pertinents lorsqu’une équipe doit faire face à des situations spécifiques telles que blocages, frustrations, non-dits, etc… Ils vont faciliter, par leurs côtés informels, le rétablissement de l’écoute des besoins et de la coopération entre les membres.
  • Ces activités créent du lien entre les participants, elles favorisent les échanges, la communication, la prise de décision ainsi que d’autres compétences sociales nécessaires à la vie en équipe.
  • Les « Icebreakers » permettent également de dynamiser le déroulement de la journée et de garder ainsi l’attention et la motivation des participants durant les différentes présentations prévues dans l’agenda.
  • Les interventions durent entre dix et vingt minutes chacune. Elles doivent être faciles à réaliser en salle et s’adapter à l’espace à disposition. La mise en place doit être rapide, simple et efficace, afin que les participants n’aient pas le temps de réfléchir sur la nature de l’intervention.
  • Ces interventions sont suivies d’un feedback à chaud permettant aux participants d’exprimer leur ressenti, leurs émotions et leurs sentiments sans les intellectualiser.
  • Le facilitateur a un rôle de modérateur : il veillera à gérer le temps de parole ainsi qu’à inclure un maximum de participants dans le retour sur expérience. Il posera des questions ouvertes et simples permettant des réponses claires et concises.
  • Les situations, que vivent les personnes durant les différents Icebreakers, mettent en valeur la notion de confiance et de respect. Elle génère rapidement un sentiment d’appartenance et de sécurité.
  • Ces activités créent du lien tant au niveau professionnel que sur le plan personnel. Cependant chaque participant a le choix d’ouvrir ou de limiter l’accès à sa sphère privée.

 

Voici quelques exemples d’activités Icebreakers :

 

L’histoire

Selon la taille du groupe, l’exercice peut se réaliser simultanément par deux équipes. Chaque participant a une feuille A4 (à ne pas montrer aux autres personnes) qui représente une image d’une histoire à reconstituer. Les participants décrivent et échangent sur la nature de leur image. Une fois que l’équipe à défini la position de chacun en fonction des descriptifs, chaque personne pose sa feuille au sol dans le sens chronologique de l’histoire pour valider la bonne coopération des personnes entre elles.

La carte

Le facilitateur définit un espace au sol qui représente une mappemonde à plat, en spécifiant les quatre points cardinaux. Chaque participant se positionne sur la carte en fonction de son lieu d’origine en respectant l’échelle des distances. Par la suite, à tour de rôle, les personnes pourront brièvement décrire l’endroit d’où ils viennent.

Similaire

Selon la taille du groupe, l’exercice peut se réaliser simultanément par deux ou trois équipes. À tour de rôle, chaque personne échange avec une autre durant une minute. L’objectif et de trouver le maximum de similitudes ou de points communs entre deux personnes (sport, âge, hobby, famille, couleur, animaux, études, etc…). Une fois que tout le monde a rencontré tout le monde, former les groupes avec le plus de similitudes.

Le bâton d’hélium

Selon la taille du groupe, l’exercice peut se réaliser simultanément par trois, quatre équipes. Les participants soutiennent collectivement un tube long et léger en papier, en utilisant uniquement 2 points de contact sur les 2 index. L’objectif est alors de poser le tube au sol, tout en conservant les 2 points de contacts. Sous l’apparente simplicité de l’exercice, le tube à tendance à monter et il faut énormément de synchronisation pour réussir à le poser au sol. Cet Icebreaker en dit long sur le syndrome du « c’est pas moi, c’est l’autre ».

About Steve

Diplômé de l’École Hôtelière de Lausanne, Steve est spécialisé en conduite de groupes Team Spirit ainsi qu’en animation d’équipes Team Building.

Pin It on Pinterest

Share This